http://www.mairie-vergezac.com/documents/assembles-bates.pdf
 

L’assemblée, la béate

    Dans un village, "l'assemblée" est la maison de "la Béate". Présente dans beaucoup de hameaux du Velay, « l’assemblée » est une petite maison basse que surmonte une cloche.

    La maison de la « Béate » était construite par les villageois

    La « Béate » est une pauvre créature de dévouement et de charité ; le plus souvent, elle est, dans une famille trop nombreuse, la fille disgraciée, celle qui ne se mariera jamais. Elle a passé une année ou deux dans un couvent du Puy où elle a été tant bien que mal instruite et préparée à sa mission.


 

Une béate vers 1907
 

       Une béate est membre d'une institution créée par Anne-Marie Martel, ponote (Haute-Loire) du XVIIe siècle. Les béates, jeunes filles laïques ayant des rudiments de lecture, écriture, mathématiques, avaient un rôle social au sein des villages : elles tenaient le rôle d'institutrices, de catéchistes et d'infirmières, sous l'autorité du curé. Elles étaient répandues dans plusieurs départements du Midi, surtout dans la Haute-Loire et ses nombreuses maisons d'assemblées ou maisons des « béates ». La congrégation des béates n'a été autorisée comme établissement d'utilité publique qu'en 1843.

         Pour s'assurer un minimum de ressources, leurs écoles étaient, au XIXe siècle, en même temps des ouvroirs, où les jeunes paysannes, réunies en « couvige », se formaient aux travaux d'aiguille, surtout à l'industrie de la dentelle.

         L'établissement d'une béate au sein d'un village était dû à la demande des villageois auprès du curé. Les villageois bâtissaient sa maison -l'assemblée- et lui fournissaient un mobilier sommaire (lit clos, armoire, table et chaise).

( Cf http://fr.wikipedia.org/wiki/B%C3%A9ate )

 

     
:

Concouret :

La Bauche :

 

Le Thiolent :

Restaurée depuis peu

 
 



Créer un site
Créer un site